Médias

Combien faut-il gagner pour être heureux ? Pas autant que vous l’imaginez

Lexpress.fr, le 6 novembre 2014. INTERVIEW. En quête de réponses à vos questions sur le bonheur ? Vous avez épuisé les ouvrages de psychologie et sociologie ? Bonne nouvelle : les économistes s'incrustent dans le débat ! L'interview de Mickaël Mangot, spécialiste de l'économie comportementale et de l'économie du bonheur.  Revenus, consommation, travail : leurs impacts sur notre bonheur sont plus subtils que nous l'imaginons. Dans son dernier livre, qui sort ce jeudi 6 novembre, l'économiste Mickaël Mangot les décortique, études à l'appui, et dégage 30 leçons d'économie du bonheur. Faut-il croire que le temps, c'est de l'argent ? La recette du bonheur...

Argent-bonheur, quels liens ?

Leparisien.fr, le 11 novembre 2014. Par Elsa Mari. Salaire, pouvoir d'achat, travail... Faisons-nous ce qu'il faut pour accéder au bonheur ? Voilà la question que pose Mickaël Mangot, enseignant à l'Essec, dans son ouvrage « Heureux comme Crésus ? Leçons inattendues d'économie du bonheur », sorti le 6 novembre aux Editions Eyrolles, agrémenté de moult conseils pratiques. Exemple ? L'importance de ne pas comparer son salaire à celui des autres : selon Mangot en effet, les revenus supérieurs de nos amis ont tendance à nous démoraliser. Il vaut donc mieux regarder du côté de ceux qui gagnent moins. Autre leçon : ne pas espérer gagner au Loto...

Comment rendre les contribuables plus heureux

Challenges.fr, le 2 octobre 2014. INTERVIEW. Taxe foncière, taxe d'habitation, 10ème prélèvement mensualisé… Le mois d'octobre est chargé pour les contribuables français. Le ras-le-bol fiscal couve toujours. Le gouvernement, dans son projet de loi de finances 2015, l'a bien compris et assure que "la pause fiscale, c'est maintenant". Ou plutôt dès l'année prochaine, avec une très légère baisse des prélèvements obligatoires. Mais au final, est-on heureux ou agacé de payer des impôts ? Quelle est la limite de chacun ? Challenges.fr a interrogé sur le sujet Mickaël Mangot, enseignant à l’ESSEC et consultant en économie comportementale ainsi qu'en économie du bonheur. Payer trop...

Le Figaro (20/11/2012): Pour bien choisir ses placements, attention aux mauvais réflexes

Par Jean-Bernard Litzler Edition du  20/11/2012. La «finance comportementale» permet aux investisseurs d'identifier et de déjouer leurs travers inconscients. Et pourquoi devrait-on se contenter de définir un horizon de placement, un degré de tolérance au risque et un montant à investir pour trouver le produit d'épargne qui corresponde à chacun? L'investisseur n'est pas qu'un pur être de raison. C'est en s'appuyant sur ce constat que se développe depuis quelques années déjà la finance comportementale. Avec son cabinet Befi Consulting, Mickaël Mangot diffuse cette approche auprès de professionnels de la banque et de l'assurance. «L'apport principal de la finance comportementale consiste...

Sud Ouest (29/04/2012): Les générations déshéritées

C'est un jeune a la tête bien faite qui s'indigne de l'injustice faite a sa generation, comme a celle qui naît. Distingue par le prix Turgot en 2006, âge de 34 ans, Mickael Mangot interpelle dans un essai ramasse les politiques, les baby-boomers et les plus de 60 ans Son analyse chiffrée et severe démontre comment les petits-enfants des seniors sont devenus la vanable d'ajustement economique de la France, ceux qui paient le plus lourd tribut a la nouvelle pauvrete Outre la dette par habitant qui a ete multipliée par cinq, les jeunes Français sont aujourd'hui clairement condamnes a vivre moins...

Revue Analyse Financière n°43 (avril 2012): l’investisseur hédoniste

Depuis ses débuts dans les années 1980, la finance comportementale est parvenue à accumuler des résultats convaincants concernant la rationalité limitée des décisions des investisseurs, individuels ou professionnels. La littérature académique foisonne d’articles appuyant l’idée que les investisseurs 1) présentent des biais cognitifs qui, pour certains au moins, sont dus à l’utilisation d’heuristiques (des règles de décision informelles), 2) qu’ils sont sujets à  des interférences émotionnelles et sociales et 3) qu’ils affichent des préférences complexes où s’entremêlent aversion au risque, aux pertes et au regret. Il ressort de ces différents résultats que l’investisseur n’est pas le supercalculateur désincarné qui sert...

Radio Notre-Dame (13/03/2012): « La vraie génération sacrifiée? »

Emission Génération animée par Marco. Chômage, logement, dette...: la génération Y est-elle la vraie génération sacrifiée? Le lien du podcast de l'émission:  http://radionotredame.net/player/http://radionotredame.net/wp-content/uploads/podcasts/generation/generation-13-03-2012.mp3

Interview: « Les investisseurs, individuels ou professionnels, ne sont pas pleinement rationnels »

BNP Expert, Numéro 7, Mars Avril 2012. Propos recueillis par Franck Pauly le 7 février 2012. La finance comportementale étudie les comportements des investisseurs. Ceux-ci sont-ils de super calculateurs froids et efficaces... ou bien des humains comme les autres avec leurs émotions et leurs croyances ? Quels sont les grands principes de la finance comportementale ? La finance comportementale cherche, de manière scientifique, à évaluer via différents matériaux (questionnaires, relevés de transactions, expériences en laboratoire…) les comportements des investisseurs et tester s’ils témoignent ou non d’une parfaite rationalité. Les résultats montrent que les investisseurs, individuels ou professionnels, ne sont pas...

Page 4 of 4 1 3 4

Welcome Back!

Login to your account below

Create New Account!

Fill the forms bellow to register

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.

Add New Playlist