News

Université des CGPI (Nortia) – Le conseiller 3.0 sera-t-il un fin psychologue?

CONFERENCE. Le 10 janvier 2017. Mickaël Mangot a donné une conférence-formation d'1h30 à une assemblée de CGPI dans le cadre de la 7ème édition de l'Université des CGPI organisée par Nortia à Paris. Il y a expliqué comment les enseignements de la finance comportementale pourraient être mis à profit par les conseillers en patrimoine dans un futur proche. La finance comportementale a multiplié les découvertes sur la psychologie des épargnants ces deux dernières décennies, faisant notamment la lumière sur leurs erreurs psychologiques les plus répandues et les plus coûteuses. Entre leurs émotions et leurs biais cognitifs, les épargnants sont soumis...

Lesechos.fr – Bourse: est-ce le bon moment pour acheter?

Lesechos.fr le 15 mai 2015. Par Emmanuel Schafroth. Souvent, les particuliers investissent en Bourse à contre-temps. Que vous ayez ou non profité de la dernière hausse des marchés, l'heure est propice à la réflexion. La dernière correction ouvre une fenêtre de tir. Est-ce le bon moment pour investir en Bourse ? Si l'on en croit une théorie fondatrice de la finance moderne, celle de l'efficience des marchés, il n'y a ni bon ni mauvais moment : le cours des actifs financiers est toujours fiable car il intègre toutes les données disponibles à un instant donné. Cela suppose une parfaite rationalité des décisions...

Pourquoi vous devriez surveiller de plus près votre épargne salariale

Challenges.fr, le 24 avril 2014. INTERVIEW L'épargne salariale est certainement devenue l'un des principaux moyens pour les Français d'investir en Bourse. Les actionnaires individuels sont en effet de moins en moins nombreux : 8,3% des Français de 15 ans et plus en 2013 selon le dernier baromètre TNS Sofres  pour la Banque Postale et Les Echos. Soit environ 4,3 millions de particuliers (si on rapporte ce ratio aux chiffres de l'Insee  sur la population). Pourtant, les salariés concernés font souvent peu de cas de la gestion de leur épargne salariale. Et ils commettent de nombreuses erreurs de jugement. Nous avons demandé conseil auprès de Mickael Mangot, enseignant à l’ESSEC...

A la Bourse aussi, c’est en janvier qu’il faut faire ses courses

Les investisseurs particuliers qui cherchent du rendement feraient bien de parier sur une progression des petites valeurs cotées en Bourse en janvier. C'est ce que nous explique Mickaël Mangot, enseignant à l’ESSEC et président de BEFI Consulting, société de conseil en finance comportementale. Challenges : Vous assurez qu’il est très intéressant de miser sur les petites entreprises en Bourse en janvier. Pourquoi ? Mickaël Mangot : Il a été observé depuis plusieurs décennies que les actions des petites entreprises avaient tendance à afficher des performances en moyenne très positives entre le début et la fin du mois de janvier. La hausse de...

Comment la météo influence les marchés boursiers

Challenges.fr, le 14 juin 2013. INTERVIEW Les investisseurs ne sont pas indifférents aux aléas du climat. Mickaël Mangot, enseignant à l’Essec et fondateur de Befi Consulting, société de conseil en finance comportementale, nous explique pourquoi. Certaines entreprises, notamment dans le textile et l'agriculture, sont très sensibles à la météo à titre individuel. Mais les marchés financiers dans leur ensemble le sont également. Pourquoi? De nombreuses études académiques rapportent un effet de la météo sur les rentabilités et la volatilité des marchés financiers. L’idée centrale à ces études est que la météo influence les humeurs individuelles et collectives et que les humeurs...

Pourquoi la discipline budgétaire est psychologiquement difficile

Si savoir tenir un budget peut paraitre superflu en période de forte croissance du pouvoir d’achat, lorsque celui-ci se contracte (comme cela a été le cas pour les ménages français en 2012), cette qualité devient alors une nécessité. Car il ne faut pas compter sur un ajustement mécanique des dépenses sur le pouvoir d’achat. Nos comportements de consommation reflètent, pour partie, des habitudes et des normes sociales qui ne changent pas instantanément avec notre situation budgétaire personnelle. Cette inertie comportementale peut alors nous faire passer dans le rouge en période de vents contraires. Savoir tenir un budget implique de se...

25 ans de finance comportementale ou l’émergence d’un nouveau paradigme

A lire dans le nouvel ouvrage collectif du Cercle Turgot, Grandeur et misère de la finance moderne, paru aux éditions Eyrolles. Avec notamment des contributions de Christian Saint-Etienne, Philippe Dessertine, Jean-Marc Daniel, Jean-Paul Betbèze, André Lévy-Lang, Georges Pauget, Pascal Salin, Philippe Jurgensen, Claude Revel...   La finance comportementale a émergé comme domaine d’études académiques aux Etats-Unis au début des années 1980 avec les premières contributions d’un petit groupe de professeurs de finance (Hersh Shefrin, Robert Schiller, Werner De Bondt, Richard Thaler) intéressés par l’étude des comportements des investisseurs et des mouvements de marché sans parti pris théorique. Très vite, ils...

L’investisseur hédoniste (3/3): profiter au maximum de ses performances

Les recherches en finance comportementale ont largement validé la forme de la fonction d’utilité de l’investisseur telle qu’elle a été spécifiée par Kahneman et Tversky dans la théorie des perspectives (1979). Celle-ci est marquée notamment par une concavité dans le domaine des gains, une convexité dans le domaine des pertes et une pente supérieure dans les pertes par rapport aux gains (aversion aux pertes). Cette forme fonctionnelle implique des comportements différents face aux gains et aux pertes de la part d’un investisseur soucieux de maximiser la satisfaction qu’il dégage de ses performances. L’édition hédonique Une conséquence de la forme particulière...

L’investisseur hédoniste (2): maintenir intacte sa confiance en soi

Un trait psychologique caractéristique des individus est leur propension à afficher une confiance exagérée dans leurs capacités. Ce biais d’excès de confiance se matérialise aussi bien dans les jugements relatifs (penser être un meilleur conducteur que la moyenne des automobilistes) que les jugements absolus (surestimer sa capacité à prédire des évènements futurs). Interprété par les psychologues comme un biais fondamental pour la survie et la reproduction des individus, l’excès de confiance peut néanmoins avoir des conséquences négatives dans différents domaines de la vie, notamment l’investissement. Sur les marchés, il est généralement associé à un excès de rotation et à une...

L’investisseur hédoniste (1): éviter le doute sur les marchés

Depuis ses débuts dans les années 1980, la finance comportementale est parvenue à accumuler des résultats convaincants concernant la rationalité limitée des décisions des investisseurs, individuels ou professionnels. Si les décisions de l'investisseur ne sont pas pleinement rationnelles, qu’en est-il de son objectif final ? Doit-on continuer de considérer que l’objectif de toutes les décisions de l’investisseur reste la maximisation des performances futures ou bien ce présupposé mérite-t-il également d’être revu à la lumière des résultats empiriques ?  Plusieurs comportements bien documentés apparaissent comme incohérents avec l’hypothèse d’un investisseur focalisé uniquement sur ses performances futures, suggérant la coexistence d’autres objectifs. Objectif: Eviter le...

Page 2 of 2 1 2

Welcome Back!

Login to your account below

Create New Account!

Fill the forms bellow to register

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.

Add New Playlist